Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
MORGANIA  LUNE LOUP

Le monde de l' horreur Gothique et du fantastique, du romantisme ténébreux et d' aventures... venez vous perdre dans les brumes du Royaume de MORGANIA !!! David DEKNUDT

Articles avec #cineluneloup : les videos catégorie

CORBELINE : l' histoire

Publié le 1 Décembre 2009 par LUNE LOUP dans CinéLuneLoup : les vidéos



« CORBELINE,
LA BALADE DE LA METAMORPHETTE »

 

Bonjours à tous !

 

Je suis enfin de retour après une longue absence sur la blogosphère...

 

...et c' est un peu noêl avant l' heure !


Voici donc la novellisation de mon deuxième court-métrage. Je vais mettre tout en oeuvre pour qu' il soit visible sur la toile... même si il fait quand même 21 minutes !

 

**************

 

Bon c' est fait !!!

Voici donc un petit film réalisé avec les moyens du bord et 3 bouts de ficelles. Mes filles se sont bien amusées !!!

 

Bonne séance !

 

 

 

  LE FILM  EPISODE 1

 

 

 

 

 

LE FILM EPISODE 2

 

 

  M... il y a un léger décalage entre l' image et les sons sur la deuxième partie ! Alors que mon DVD est nikel ! C' est quand même frustrant vu le temps passé sur la bande son !!! Mais apparement après plusieurs  "upload" je ne peux pas y faire grand chose...

 

 

 

L' HISTOIRE...

 

 

A l’ orée du « Bois du regret » se terrait dans une chaumière délabrée un ancien seigneur de l’ ombre décharné. Le Baron Ténèbron – vampire de son état – avait été vaincu et depuis cette nuit fatidique son spectre hantait les bois.

Sa tanière humide abritait, lutins, kobolds et métamorphes. Le spectre trouvait cette cachette croulante bien inconfortable comparée au somptueux château Ténèbron qu’ ils avaient dû fuir lorsque l’ aventurier « Dragon d’ or » - qu’ il soit maudit ! – lui avait plongé la lame antique du paladin Ganelon en plein cœur…

 

Seule la puissante magie de son médaillon « The mystic’s dream » lui avait permis de tromper le redoutable guerrier avant que celui-ci ne lui assène le coup de grâce : la décapitation !

 

Bien que très mal en point le sinistre Baron, usant d’ autres pouvoirs vampiriques, s’ était transformé en brume. Il s’ échappa ainsi de son castel par fissures et lézardes… Ecumant de rage, il avait hurlé sa haine, mais seule une faible plainte avait été audible. Le vent avait ensuite entrainé  ses restes éthéré vers le « Bois du regret » ; lieu étrange et sinistre, refuge des plus incroyables légendes.

 



Le spectre du vampire, assis sur son sombre trône, ruminait d’ atroces vengeances et se languissait : sa chair et son sang lui manquaient.

Dans cette crypte, dissimulé par un passage secret, il avait découvert une nuit un antique grimoire titré « La poule noire ». Cet ouvrage interdit renfermait des textes et des symboles impies mais ce qui intéressa davantage le mort-vivant, c’ est qu’ il enseignait l’ art noir de la plus maléfiques des sorcelleries.

Parmi les centaines de sortilèges, onguents et potions, Ténèbron trouva l’ incantation qu’ il avait tant cherché : « l’ œil du Risèd ». Celle – ci promettait d’ exaucer un vœu, aussi impossible soit – il. Cependant, elle exigeait un composant aussi rare qu’ indispensable pour exécuter avec succès celui-ci.

Il fallait qu’ une créature innocente et pure accepte de cueillir une Fleur de « Sanguignia Solarius » - la fleur de folie et qu’ ensuite elle l’ utilise de son plein gré !

Pas question qu’ un de ses acolytes des ténèbres, ou lui même, ne cueille l’ étrange plante au risque de la voir perdre tous pouvoirs… à jamais !

La douce créature une fois pervertie devait ensuite être sacrifiée et son cœur remis au sorcier pour que le maléfice s’ acomplice.

Telles étaient les conditions requises pour jeter le sort de « l’ œil du Risèd ».

Trop faible pour quitter longtemps sa tanière, Ténèbron invoqua un de ses plus retors serviteur,  « Ned le kobold ».

 

« Ned… »

 

« NED !!! »

 

« Lèves-toi  et viens à moi ! »

 

« Me voici Maître Ténèbron ! Me voici votre GRAAAndeur !!!

« Trouves-moi un enfant sauvage et fais – lui cueillir la Fleur de folie ».

 

« Expliques à l’ Elfe comment l’ utilisée, puis contemple le résultat !»

 

« Quand rongé par la honte il s’ effondrera ; ramènes-moi son cœur pour que je retrouves chairs et vigueur…»

 

« Mais… ??? »

 

« AU TRAVAIL KOBOLD ! »

 

« Oui seigneur Ténèbron, je réussirai !!! »

 

« Je te le souhaites, Ned… »

 

« euhhhh, glurps !!!! »

 

 

Ned, lui même un peu sorcier, comptait beaucoup sur ses sortilèges pour tromper un être de la lumière. Ayant voyagé dans les bois des heures durant, le vil s’ accorda un peu de repos. Il s’ assit dans un siége taillé dans le bois d’ une souche. Sur l’ écorce un quidam y avait gravé « Reposes – toi ici voyageur fourbu ». Ragaillardi comme par magie il allait reprendre sa quête, quand il vit une petite créature gracile sortir des fourrés et s’ aventurer dans la clairière. Quel chance !!! Une Elfe des bois ! Jubilant, il marmonna quelques paroles de sa voix nasillarde qu’ il s’ efforçait de rendre le plus sympathique possible.

 

« Tiens, mon p’tit elfe, j’ ai un cadeau pour toi !!! »

 

L’ elfe du tac-o-tac lui répondit :

 

« OHHH !!! t’ es trop moches toi !!! »

 

D’ abord un peu effrayée la jeune elfe qui se nommait « Corbeline », fut ensuite très intéressée quand elle vit le « cadeau ». Ned le kobold, lui tendit la page du parchemin représentant « La fleur de folie » qu’ il avait arraché au grimoire de « La poule noire ».

 

« Ma petite Corbeline, peux – tu me montrer où pousse cette fleur ?

 

« Que vas – tu faire avec cette fleur, Ned mon copain ? »

 

« J’ en ai besoin pour guérir un parent »  (il lui sembla que l’ ombre de Ténèbron acquiescé dans le ciel, il frêmit !)

 

Comme elle était très jeune, elle ne se méfia pas et oublia vite l’ apparence hideuse du kobold, mieux encore elle accepta de lui rendre ce service – à la grande satisfaction de celui-ci !

Usant d’ un sortilège de « passe-muraille », Corbeline se rendit de l’ autre côté de la vallée ; là où le « Bois du regret » était le plus sombre mais le plus envoûtant aussi…

 

Ned la surveillait, caché dans les buissons. Corbeline ne devait pas lui échapper. Il devait veiller à ce que tout se passe comme le plan établi par son maître. Quand à la jeune elfe elle prenait ses apparitions et disparitions comme les fruits de l’ excentricité de la créature.

Les elfes, véritables enfants sauvages des bois, connaissent d’ instinct les chemins cachés qui mènent aux dangers et aux merveilles des forêts anciennes.

Corbeline trouva la mystérieuse « Sanguignia Solarius »- La fleur de folie. Celle – ci ne pouvait pousser que sur la souche séculaire d’ un « Ent »…

 

Posant son arc dans les fougères, elle s’ avança et la cueilla.

 

Envoûté par la beauté de la fleur, la jeune elfe huma son délicat parfum. Alors une chose étrange se produisit une voix douce et lointaine résonnait dans son esprit à travers ces volutes de senteurs irrésistibles. Cette voix la plaignait ! Comme il était injuste qu’ elle – Corbeline – soit si petite et si faible ! L’ elfe en transe écoutait tout en continuant à respirer l’ odeur sucrée et délicieuse de la fleur de folie. La voix, aussi suave que le parfum, lui confia finalement qu’ il était dorénavant à sa portée de devenir une créature puissante et crainte. La fragrance enivrante et la voix s’ imposèrent encore davantage dans l’ esprit de Corbeline. Elle se mit à vouloir, plus que tout, devenir une créature redoutée de tous plutôt que cette existence de petite elfe faible et inoffensive.

 

La fleur de folie la guida à son tour dans le « Bois du regret » jusqu’ à un lieu oublié de tous où trônait un antique chaudron de fonte recouvert par le lierre. Parfois les sorcières du village maudit de « Dree » venaient y célébrer leurs sabbats… Jetant son arc au sol, corbeline s’ avança. S’ accoudant au chaudron, elle y jeta une à une les pétales de la fleur maudite tout en marmonnant dans une voix inconnue. Bientôt il n’ y eu plus de pétales, juste le cœur de la fleur ; son cœur d’ elfe aussi. Elle jeta le cœur à son tour dans le chaudron et lentement y descendit ses bras. Elle resta ainsi un moment, perdue dans une dérive étrange de l’ âme.

 

Ned le kobold guettait toujours ses moindres faits et gestes.

 

Corbeline ressentit soudain des picotements dans ses doigts, dans ses mains. Elle se redressa lentement. Physiquement elle était pratiquement inchangée, sauf… ses mains !

Ses bras dodus d’ enfant elfe se terminaient par une épaisse toison brune qui recouvrait une paire de larges pattes griffues. Elle poussa un cri de surprise ! Puis s’ appropria rapidement ces étranges « serres », elle s’ éloigna sous les arbres.

 

Abandonné, gisant parmi les fougères, l’ arc de corbeline sanglota…

 

 

Corbeline – la Métamorphette, errait depuis des jours dans les bois, l’ estomac tenaillé par la faim et la soif. Ned le kobold comprit très vite le potentiel destructeur de cette étrange créature mi elfe – mi bête. Il réussit, tel le souhait du Baron ténèbron, à s’ en faire une alliée de poids dans ses rêves de carnages…

Pour Corbeline le parfum de la fleur de folie avait désormais une autre saveur : celui du sang !

 

 

Elle avait froid ! elle avait faim ! et sa maison était loin… si loin déjà et perdue dans le chaos de ses pensées bestiales.

 

                                                    **************************

 

 

Le temps passa et les tueries se succédaient dans le « Bois du regret ».

 

« Elle » avait soif , « Elle » avait faim… si faim !

 

Les lutin « Shingouzz’ et nombres d’ autres créatures féeriques commençaient à perdre espoir face à la barbarie du terrible duo. « Non, non Corbeline ! Ne fais pas ça !!! C’ est une GROSSE bêtise !!! » tentaient – ils de la raisonner. Hélas sans succès…

 

Quelques temps après avoir massacré une licorne, Corbeline – la Métamorphette, arriva seule devant un calvaire très ancien. Troublée par cette croix de pierre d’ où semblait émaner tant de lumière, la Métamorphette tomba à genoux. Elle pleura à chaudes larmes lorsqu’ elle réalisa les horreurs qu’ elle avait commise.

 

« Mais qu’ est – ce que j’ ai fais ? J’ ai tuée tant de gens… » se lamentait – elle.

 

 Elle pria les esprits des bois, elle pria cette croix qu’ elle ne connaissait pas de lui pardonner ses crimes…

Epuisée mais apaisée, elle s’ effondra sur l’ herbe douce de la clairière et s’ endormit pour toujours.

 

Arriva alors une autre jeune elfe des bois, un peu plus sage que Corbeline, Morwenn était son nom. Elle avait été prévenue par les Shingouzz’ des horreurs perpétrés dans ces bois. Quittant précipitamment  sa demeure forestière nichée près d’ un ruisseau, elle arrivait enfin près du calvaire sacré.

Pied – à – terre, tenant sa jument blanche par la bride elle s’ avança vers une créature hirsute et inconsciente gisant dans l’ herbe. Emue, elle vit le corps contrefait de Corbeline, ses deux crocs, ses deux serres redoutables maculées de sang séché qui avait labourées la terre… comme tant de corps innocents.

En l’ observant de plus près, l’ évidence lui sauta aux yeux, c’ était Corbeline ! L’ enfant sauvage disparue depuis si longtemps sans laissée de traces. Corbeline avec qui elle aimait jouer. Corbeline, sa sœur ! Elle recouvrit alors le petit corps de l’ elfe avec un linge de santé, puis elle se blottit contre elle.

 

Les esprits des bois, bien que réputés exigeants et retors peuvent parfois se montrer compatissants… Ils acceptèrent  son pardon et prirent en compte le fait qu’ elle avait été trompée dans sa gentillesse. MAIS ils voulurent quand même la punir pour ses pensées et pour cette terrible bêtise qui avait coûtait la vie à tant d’ innocents.

Le souffle de la vie fut rendu à Corbeline, mais elle fut terrifiée lorsqu’ elle se réveilla au pied d’ un chêne aux racines noueuses…

Elle vivrait dorénavant sous la forme d’ un « Knudde », un grand chien sombre comme la nuit, et son devoir serait d’ escorter et de protéger les voyageurs contre les êtres maudits qui hantent les routes des royaumes de MORGANIA.

 

Mais un danger immédiat à l’ ombre des fourrés guettait Corbeline et Morwenn . Ned le kobold, ayant dû s’ absenté, était de retour ! Lorsqu’ il vit que sa proie (et son cœur d’ elfe !) lui avait échappé, il entra dans une colère noire !!!

 


 

Toutes griffes dehors il chargea Morwenn !!! Celle – ci effrayée par tant d’ agressivité paniqua et eu beaucoup de mal à encocher une flèche, puis bander son arc. Y parvenant elle tira enfin ! La flèche fila comme l’ éclair une nuit d’ orage… et transperça le cœur noir du hideux kobold avec un bruit écoeurant. Celui – ci aussi enragé qu’ incrédule hurla comme un démon, puis après un dernier spasme il s’ immobilisa.

 

Ainsi prit fin la balade de Corbeline.

 

Corbeline, désormais libre sous sa forme canine, s’ en retourna dans le « Bois du Regret »  vers une nouvelle vie pleines d’ aventures en compagnie de Morwenn, des elfes et des peuples sylvains.

 

Mais ceci est une autre histoire…

 

 

commentaires

"THE MYSTIC' S DREAM"

Publié le 21 Avril 2008 par lune.loup dans CinéLuneLoup : les vidéos


Il
  était une fois au fin fond de la "forêt d' OR " une jeune fée sauvageonne et insomniaque...
Une nuit d' orage, lassée d' errer dans la ténébreuse demeure de ses parents, elle s' aventura dans la plus sombre des tours.

Là haut, elle vit des merveilles ! , mais des horreurs aussi...

...elle allait aussi succomber à un des plus puissants sortilèges de son père :

                                              "THE MYSTIC' S DREAM" !!!



commentaires

LES TERRES IMMORTELLES...

Publié le 3 Septembre 2007 par lune.loup dans CinéLuneLoup : les vidéos



lunesm0.gif

  Q uelques moyens, pourtant, permettent de s' évader des brumes du sombre royaume de "MORGANIA" ...


Des "Portes d' Ombres"... 


Mais aussi...


DES  CARTES  MAGIQUES  !


Parfois,  cependant...

une route apparaît vers

"LES TERRES IMMORTELLES "


 

 



 




Et  les légendes prennent vie !!!



large-logo-lune-loup1.jpg

barrehaut2.gif

commentaires